Nos gauloises, leurs ancêtres ?

Nous ne chercherons bien sûr pas à trancher la question de “la poule ou l’œuf ?” mais à savoir comment s’est produite la rencontre et la cohabitation des hommes avec les poules et les coqs, ces oiseaux tellement familiers.

Hervé HUSSON nous répond avec un article convaincant richement documenté. À découvrir sans tarder !

Ce qui sidère, c’est la ressemblance entre son ancêtre arrivé en Europe (Gallus gallus gallus ou Gallus gallus murghi) il y a 2700 ans et sa descendance, notre chère race gauloise saumon doré.

Vidéo en anglais… mais les images parlent d’elles-mêmes.

Nous comprenons mieux l’affection de nos gauloises pour les espaces boisés, les buissons, les hautes branches dans des feuillages persistants où ils perchent.

L’évolution tiendrait donc essentiellement à la faculté de pondre davantage et plus régulièrement au cours de l’année, à l’augmentation du gabarit (1 kg -> 2,3 à 2,8 kg standard), la forme de la queue (traînante -> relevée) et la corpulence (élancée -> ramassée) et naturellement l’adaptation au froid.

En d’autres termes, il est renversant qu’un animal vivant au contact de l’homme, donc fruit de tous les croisements possibles quand ce ne sont pas des manipulations génétiques, ait conservé autant de traits communs de son “prototype” sorti du bureau d’étude il y a 8000 ans au moins et qui a été importé en Europe il y a plus de 2500 ans !

Gypse, coq gouloise doréé de 5 mois 1/2. Les éperons et les faucilles (grandes plumes de la queue) ne sont pas encore développés. Il n’a pas encore la stature d’un adulte et sa voix n’est pas encore bien posée mais c’est déjà un très beau sujet.

On dit des Gauloises qu’ils sont un peu “sauvages” et nous savons apprécier cette nature. Mais avec de la gentillesse et un peu de patience, une relation complice est possible entre ces petits sauvageons et l’homme : leçon de dressage d’un coq bankiva 🙂

Chez nous aussi, les gauloises sont bien élevés !

PiouPiou était un coquelet de 7 semaines sévèrement blessé et éborgné par un rapace. Alors âgé d’une semaine, nous avions dû le séparer des autres pour le soigner, une relation très proche s’était construite (à venir un article sur PiouPiou).

Précédent :
Le standard de la race gauloise saumon doré

Suivant :
Nos critères de sélection “nature-gauloise”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *